VIVONS-NOUS UN RÉVEIL OU UNE RELIGION ?

par Rev. A. W. Tozer

——————————————————————————–

La religion est de nouveau acceptable aux Etats-Unis. Il n’est plus nécessaire d’en murmurer en cachette. Elle est de nouveau en vogue.

 

La presse séculière, qui est, naturellement, toujours rapide à sentir les tendances et à donner au public ce qu’il souhaite, a trouvé que la religion est un propos intéressant. Un nombre suffisant de ceux qui achètent les journaux et les magazines s’intéressent assez à la religion pour qu’il soit rentable d’imprimer des nombres toujours croissants de documents religieux. Les livres religieux sont parmi ceux qui font les meilleures ventes. Des gens haut-placés déclarent au monde leurs croyances. La religion se tisse dans les sports, la politique, le théâtre. Elle fait souvent partie des discussions de boîtes de nuit, et le comédien télévisé ou à la radio a compris qu’une parole sérieuse sur la prière et la fréquentation de l’église fera plaisir à la plupart de ses auditeurs.

 

Et ce n’est pas tout. Les trois fois religieuses majeures des Etats-Unis dépensent de grandes sommes dans la publicité et se font la compétition pour recevoir l’attention de la presse et de la radio. Il y a tellement d’églises ou d’autres structures religieuses qui se font construire que l’industrie du bâtiment, qui considérait autrefois de telles choses une perte de temps, s’y intéresse maintenant de plus en plus et cherche à exploiter ce marché. La fréquentation de l’église croît bien plus vite que la population. On cherche à se faire des convertis à telle ou telle religion à chaque niveau de la société et parmi toutes les classes et les groupes d’âge. Un travail zélé se poursuit parmi les enfants et les jeunes. Nous utilisons des camions sonores, la radio, la télévision, des pancartes sur les voitures, des panneaux d’affichage, des panneaux fluorescents, des messages dans des bouteilles et sur des ballons. Nous utilisons des chevaux dressés, des chiens dressés, des canaris dressés, des ventriloques, des magiciens et des spectacles pour exciter l’intérêt religieux.

 

D’innombrables associations professionnelles, clubs industriels et comités de chefs d’entreprises se sont levés pour donner la communion spirituelle aux gens religieux engagés dans les diverses occupations de la vie. Le chansons religieuses sont dans le répertoire d’un grand nombre de professionnels du divertissement. La religion est promulguée par des directeurs de boîtes de nuit, des boxeurs, des stars, et au moins un gangster incarcéré qui n’a à ce jour montré aucun regret pour sa façon de vivre et aucun signe de repentance. La religion, c’est maintenant un grand marché.

 

Il est certain qu’une grande partie des activités religieuses d’aujourd’hui sont bonnes et en accord avec les voies de Dieu telles qu’elles sont révélées dans les Ecritures. Mais inversement, il y en a aussi une bonne part qui est mondaine, charnelle, et totalement indéfendable à la lumière de la vérité révélée. Tout ce que j’ai dit ici est trop bien connu pour pouvoir être contesté. Les faits sont devant nous. Les questions qui troublent bon nombre de gens sérieux sont : Peut-on dire que nous avons affaire à un réveil de la vraie religion ? Est-ce ici ce que nous attendions ? Ce qui pousse de manière si verdoyante, est-ce du blé ou de l’ivraie ? Ou est-ce un mélange des deux ? Si c’est les deux, s’agit-il d’un immense champ de blé, avec un peu d’ivraie, ou un désert d’ivraie avec occasionnellement un épi de blé ? Ce renouveau d’intérêt dans la religion, est-ce un résultat de l’opération du Saint Esprit ? Cette réapparition de zèle religieux est-elle au niveau de celle qui a parcouru l’Allemagne au temps de Luther, ou l’Angleterre au temps de Wesley ? En bref, s’agit-il du Christianisme du Nouveau Testament ?

 

Pour certains, ces questions n’ont pas de sens, et s’ils prenaient la peine de les remarquer, ils répondraient presque tous « Oui ». La presse séculière accueille le retour actuel à la religion avec un optimisme naïf, et même la presse religieuse, soit l’acclame comme comme un triomphe pour le Royaume de Dieu, soit ne prononce aucun jugement. Je pense qu’il serait modéré de dire que la vaste majorité de nos dirigeants religieux acceptent la tendance actuelle en faveur de la religion comme une expression authentique de la profonde aspiration humaine après Dieu et la justice, et ils veulent l’encourager le plus possible. Bien que certains d’entre eux déplorent secrètement beaucoup de choses qui sont associées à ce mouvement religieux, ils craignent de parler ouvertement. Leur position, c’est que ce n’est peut-être pas parfait, mais c’est mieux que rien. Laissons donc continuer le bon travail qui se fait.

 

Mon but dans ces six chapitres est de donner mon jugement du phénomène religieux que j’ai appelé (empruntant une expression de Dr. Link) « un retour à la religion. » Tout en sachant que mes mots seront à peu près aussi bien-venues que l’étaient celles de Micaiah auprès de la court du roi Ahab, je dirai néanmoins que je ne suis pas trop satisfait de la manière dont les choses se déroulent. Je remercie Dieu avec révérence pour les quelques restes de Christianisme parmi nous, je suis loin d’être encouragé par ce que mes yeux contemplent dans le monde religieux. Je vais en donner mes raisons dans les quatre chapitres restants de cette série.

( Article tiré de The Price of Neglect, chapitre 24 )

[ Retour ]


Traduit et mis en ligne par nos soins. Nous aimerions lire vos commentaires : cliquez ici (http://www.eglisedemaison.com/livres/Tozer/neglect/24.html)

 





 

POURQUOI Y A-T-IL SI PEU DE RÉVEILS? C. FINNEY

CHARLES FINNEY

________________________

Je me réjouis de voir que l’Église commence à se préoccuper de la question suivante: ‘Pourquoi n’y a-t-il pas plus de réveils, et pourquoi leur nature a-t-elle changé?’ Elle se demande aussi ce qui peut être fait pour obtenir des réveils qui soient d’une nature désirable et permanente.

 

Mes chers frères, j’espère, et je crois, que ne m’en voudrez pas si je vous dévoile ma pensée sur ce sujet avec une grande franchise. L’état de l’Église, le déclin des réveils, et la situation générale du monde chrétien le réclament. J’ai lu dans diverses revues certaines raisons invoquées pour expliquer le déclin des réveils, l’absence de leur influence vivifiante, et l’absence de puissance dans la prédication de l’Évangile.

 

Le réveil débute par les serviteurs dans l’église

Quelles que soient par ailleurs les raisons du grand déclin des réveils, il me semble que nous, serviteurs de Dieu, nous devrions considérer que notre propre état spirituel est certainement l’une des raisons de ce déclin, pour ne pas dire la raison principale et fondamentale. Ne cherchons pas hors de nous-mêmes la cause fondamentale de ce problème. Nous manquons de sanctification personnelle et d’onction. Nous avons peu de puissance dans la prière et dans la prédication de la Parole. Nous n’avons pas assez de sainteté dans notre vie, ni de consécration à l’œuvre de renoncement à soi. Nous mettons peu d’énergie à exercer notre ministère.

 

Voilà, sans aucun doute, les principales raisons pour lesquelles les réveils sont aujourd’hui si peu nombreux, si espacés dans le temps, et si superficiels. En réalité, les ministères se sont dans une large mesure égarés dans de vaines disputes. Ils consacrent leur attention à la politique de l’Église, au gouvernement de l’Église et à toutes sortes de procédures ecclésiastiques. Les ministères ont cessé de lutter pour réveiller ceux qui ne sont pas dans l’Église, et pour ramener l’Église à la sainteté. La situation est alarmante et le préjudice extrême.

 

 

Appel aux ouvriers à prendre leurs responsabilités

Je fais appel à vous, mes frères de toutes dénominations, pour vous demander si vous ne reconnaissez pas ce que je viens de dire comme une réalité de votre expérience et de votre observation personnelles. Les ministères, dans une large mesure, se sont laissés distraire de l’œuvre fondamentale de la conversion des pécheurs et de la sanctification de l’Église. Ceci est alarmant. Mais ceci est trop connu pour avoir besoin d’être prouvé. Il suffit de lire la presse, d’observer les remous au sein des églises, les conflits doctrinaux et, puis-je le dire, les ambitions personnelles.

 

Tout cela est venu au grand jour et a été offert en pâture au public au cours des dernières années, et témoigne clairement du fait que la plupart des ministères ne se préoccupent plus de rechercher le réveil, ni la sainteté et l’entière consécration de l’Église. S’il en est ainsi, mes frères bien-aimés, et quelles que soient les mesures qui doivent être prises par ailleurs, ne nous revient-il pas de reconnaître notre faute, de la confesser, de nous en attrister et de nous en repentir, afin de recevoir une nouvelle onction pour le ministère?

 

 

Frères bien-aimés, il ne nous sert à rien de regarder autour de nous pour chercher les causes de ce mal. La principale de toutes les causes est à rechercher en nous-mêmes. Si notre coeur est froid, notre zèle pour le réveil s’affaiblit. Si nous sommes occupés à autre chose, si nous battons la campagne pour assister à des conventions, des conseils et des synodes, si nous passons notre temps à lire les critiques acerbes publiées par les journaux, si nous nous lançons dans la politique de l’Eglise, si nous nous agitons pour le gouvernement de l’Église et pour tant d’autres choses, il n’est pas étonnant que l’Eglise et le monde se désintéressent complètement des réveils.

 

Il faut que les responsables se mettent à l’œuvre! Il faut que les serviteurs de Dieu soient baptisés dans le Saint-Esprit! Il faut que nous soyons réveillés et présents sur le champ de bataille avec toute notre armure! Il faut que notre âme soit ointe du Saint-Esprit! Sinon, il ne nous convient certainement pas de regarder autour de nous pour tenter de découvrir la cause du déclin des réveils.

 

Je suis sûr qu’il y a bien d’autres causes à ce déclin. Dieu voulant, nous les examinerons. Mais celle-ci est la plus importante. De toutes les causes, elle est celle qui déshonore le plus le Seigneur. Les ministères ne sont pas à l’oeuvre, et les bergers ont d’une certaine manière abandonné leur troupeau. Je veux dire qu’ils ne le conduisent pas dans les gras pâturages, auprès des eaux tranquilles. Ils ne sont pas eux-mêmes oints de l’Esprit, ni remplis de foi et de puissance, pour pouvoir conduire l’Eglise dans le réveil.

 

 

Manque de discernement spirituel de l’église

Dans une large mesure, les Églises ne semblent pas très bien se rendre compte de l’état des ministères, parce qu’elles sont elles- mêmes rétrogrades. Le déclin d’une piété vivante au niveau des ministères a, bien entendu, été l’occasion d’un déclin parallèle des Églises. A tel point que celles-ci ne sont plus guère conscientes de leur propre état, ni de l’état des ministères.

 

J’espère, mes chers frères, qu’en écrivant de la sorte, je ne serai pas accusé de mépriser l’influence des ministères ni d’encourager l’esprit de critique dans l’Église. Je ne voudrais aucunement faire cela. Mais nous devons être assez francs, humbles et honnêtes, pour regarder en face le véritable état des choses. Nous devons confesser et abandonner nos péchés. Nous devons nous remettre à l’œuvre et travailler à nouveau pour le réveil. Sinon, Dieu ne manquera pas de nous châtier et de susciter d’autres instruments pour accomplir Son œuvre, en nous mettant à l’écart. Il éloignera de nous le coeur des Eglises, détruira l’influence que nous exerçons sur elles, et suscitera des hommes que nous ne connaissons pas pour aller conquérir le pays.

 

 

Besoin de s’unir dans la prière

On voit beaucoup de conventions diverses aujourd’hui. Mais je pense à une convention qui serait différente de toutes les autres, et qui nous serait fort utile. Nous devrions organiser une convention des divers ministères, et nous réunir pour prier, pour confesser nos péchés les uns aux autres, pour recevoir un esprit de réveil, et pour discuter des meilleurs moyens de promouvoir un réveil dans tout le pays. Je me réjouirais d’une telle convention. Il me semble que, de toutes les conventions que nous avons aujourd’hui, celle-ci serait la plus utile!

 

Que dire, frères? Ne sommes-nous pas extrêmement coupables? N’est- il pas vrai que les ministères, dans une large mesure, ont perdu l’esprit de réveil? N’y a-t-il pas au milieu de nous une grande insuffisante d’onction et de puissance? N’avons-nous pas accepté passivement de nous laisser distraire de cette grande œuvre? Notre indifférence n’est-elle pas excessive et criminelle?

 

S’il en est ainsi, mes chers frères, ne devons-nous pas nous repentir? Ne devons-nous pas réaliser nos fautes, les confesser aux Eglises et au monde, et retourner en arrière pour reprendre notre bannière, au nom du Seigneur?

 

 

Les ouvriers et leaders de l’église ont abandonné l’esprit de réveil

J’espère que mes frères seront patients envers moi. Car je veux insister davantage sur les responsabilités criminelles des ministères en ce qui concerne le déclin des réveils, tout particulièrement ces derniers temps. Tout le monde sait que les ministres de Christ ont abandonné l’esprit de réveil. Cela est évident et lamentable. Il est tout-à-fait courant de remarquer que les ministères ont perdu, en général, l’esprit de réveil. Ils ont beaucoup de zèle pour toutes les questions ecclésiastiques. Ils savent très bien manier la critique. Mais ils ont peur des réveils, des prédicateurs de réveil, et des tentatives faites en faveur des réveils. Ils font peu de chose, ou même rien, pour rechercher eux-mêmes un réveil spirituel. Je ne pense pas que ce soit vrai partout, mais je fais une remarque générale. Elle est trop évidente pour nécessiter d’être prouvée. Je crois que tous en conviendront.

 

Mes très chers frères bien-aimés, si les ministères ne sont pas animés d’un esprit de réveil, il est vain d’espérer que l’Église le soit. La place normale du berger est devant le troupeau. Mais s’il essaye de pousser le troupeau devant lui, il le dispersera dans toutes les directions. Si le berger abandonne l’esprit de réveil, les brebis l’abandonneront aussi tout naturellement. En revanche, si le berger progresse dans l’œuvre du Seigneur, les brebis le suivront partout où il les conduira. Cela est presque évident.

 

 

Obstacle au réveil: une grâce superficielle

Ce qui a le plus freiné les réveils a toujours été une œuvre de grâce superficielle dans le coeur des ministères eux-mêmes. Je me tromperais gravement si cela n’était pas vrai. Mes frères, croyez-moi, je ne dis pas cela avec un esprit de critique. Je ne désire pas pointer du doigt les fautes. Il s’agit là d’une pleine et entière conviction de mon propre esprit. Mon opinion ne s’est pas formée de manière hâtive. Elle résulte d’une longue observation, et d’une connaissance intime d’un grand nombre de serviteurs de Dieu de différentes dénominations. Quand les serviteurs de Christ sont remplis de l’Esprit de Dieu, l’Église, en général, ne sera pas rétrograde. Je le dis d’une manière générale.

 

Il peut y avoir certains cas où des Églises subissent une influence qui les empêche de rechercher la sainteté des chrétiens et la conversion des pécheurs, malgré tous les efforts déployés par des responsables tout-à-fait réveillés et vigilants. Quand il y a de grands bouleversements politiques, de grandes crises économiques, des périodes de grande dépression ou d’activité intense dans les affaires ou dans la situation financière de l’Église ou du monde, cela peut détourner momentanément la majorité des chrétiens d’une profonde spiritualité, même si les ministères restent réveillés.

 

Conviction pour se préparer le réveil

Cependant, je reste entièrement convaincu que si les ministères sont réveillés, s’ils prient, s’ils sont pleins de vitalité, leur influence écartera presque toujours les calamités et les troubles. Ils pourront pousser l’Église, et la société en général, à s’intéresser profondément aux choses spirituelles. Cela réduira considérablement le risque de voir se produire des guerres, des bouleversements politiques et économiques, des spéculations et des crises. Quoi qu’il en soit, je considère comme une vérité générale que si les ministères sont baptisés dans le Saint-Esprit, s’ils sont abondamment oints d’un esprit de réveil, l’Église suivra. « Tel sacrificateur, tel peuple! »

 

 

Lancer un appel pour rechercher ensemble le réveil

Mes frères, je crois que si nous sommes nous-mêmes profondément animés d’un esprit de réveil, nous allons lancer un appel aux Églises pour qu’elles se lèvent et recherchent le réveil. Cet appel sera immédiatement entendu. Il suffit que les serviteurs de Dieu se lèvent, qu’ils soient remplis de l’Esprit et eux-mêmes réveillés. Je suis alors certain qu’il leur suffira, où qu’ils soient dans ce pays, de prêcher dans l’Esprit pendant trois dimanches seulement, pour voir l’esprit de réveil renaître dans l’Église. Essayons seulement de faire cette expérience! Éveillons-nous à l’importance de ce sujet! Confessons et abandonnons nos propres péchés! Crions à plein gosier, ne nous retenons pas, élevons la voix comme une trompette devant l’Église! Rallions la foule des élus de Dieu!

 

S’ils sont sourds à notre appel, cherchons encore plus sérieusement ce qu’il nous faudra faire. Mais, tant que nous ne serons pas oints pour accomplir cette œuvre, ne nous permettons pas de tenter le Seigneur ni d’abuser l’Église, en recherchant la cause du déclin des réveils ailleurs qu’en nous-mêmes.

 

L’église est dans un état de déclin spirituel: appel aux conducteurs spirituels!

Comprenez-moi bien. Je sais que l’Église est dans un état de déclin spirituel. Elle a grandement besoin d’être vivifiée et réveillée. Mais je crois que la cause majeure de ce déclin de l’Église réside dans le fait que les ministères se sont laissés distraire des responsabilités qu’ils auraient dû exercer. Je crois aussi que le seul remède à cette situation sera trouvé lorsque ces ministères auront compris que leur priorité absolue est d’être eux-mêmes profondément spirituels et complètement réveillés. Dès qu’ils l’auront compris, il se produira un réveil général. Je ne m’attends pas à voir un tel réveil se produire tant que les ministères n’auront pas pleinement ouvert les yeux sur leur propre état et sur l’état de l’Église.

 

 


Référence courrier électronique à bible123@tiscali.fr 
Copyright © 2002 123-bible Yves PETRAKIAN
Dernière modification : 22 juillet 2003

 





 

PROPOS SUR LA PRIÈRE


Son Importance
Une prière étroite est le résultat d’une conception étroite. Quand nous incluons dans nos prières le cercle le plus étendu de l’humanité, nous sommes au même diapason que la pensée de Dieu. (I Tim. 2.1)


Ses Débuts
Commence avec Dieu le matin; sinon Il sera le dernier dans tes pensées toute la journée et ce sera une journée de défaite. (Marc 1.35; Ps. 5.3)

Ses Délais
Considère cela comme une béné-diction quand Dieu tarde un moment à répondre à ta prière pour élargir ta capacité de recevoir. (Ps. 37.5)


Ses Buts
Ne prie pas pour un emploi selon tes capacités, mais plutôt pour la capacité qu’il te faut pour les opportunités qui se présentent à toi. Nous n’avons pas besoin d’une vie plus facile, mais nous avons besoin d’être plus forts. (II Cor. 12.3)


Sa Vigilance
Se mettre à prier, puis manquer de vigilance dans la vie, c’est comme ensemencer un champ de précieuses semences et laisser les barrières ouvertes pour que les porcs viennent tout déterrer. (I Pier. 4.7)


Son Activité
La prière fervente promouvoit l’activité. Elle rend l’individu disponible à Dieu pour mettre en œuvre sa contribution aux choses que Dieu désire. (Ps. 31.3)

Son Sérieux
L’intimité avec Dieu ne peut pas se faire par appels précipités. Il n’ac-corde jamais ses dons les plus riches aux gens pressés. (Jér. 29.13)


Sa Régularité
Celui qui ne prie pas, simplement parce que le soleil brille et que tout va bien, constatera que sa capacité de prier a disparu quand les nuages sombres apparaîtront. (Luc 18.1)


Son Fondement
Cela ne suffit pas, qu’une prière soit faite dans un bon but. Pour être effi-cace, elle doit venir d’un cœur en règle. Un individu peut avoir le bon fondement pour demander, mais ne pas être lui-même bien fondé. (Jac. 5.16)


Son Importunité
Jésus n’impose ni des heures d’ouverture, ni une secrétaire entre Lui et le croyant. Nous pouvons aller à Lui pour tout et en tout temps. (Phil. 4.6; Rom. 12.12)


Son Essentiel
Le connaître, voilà ce qui importe par-dessus tout. Dépenser et se dépenser dans ce qu’on appelle « l’œuvre du Seigneur », alors que notre vie a perdu contact avec le Saint-Esprit n’est qu’une illusion qui vient du diable. (Eph. 6.18; Rom. 8.26)


Sa Formation
Peu avec Dieu signifie peu pour Dieu. Le temps de prière est l’école la plus importante pour les ouvriers chrétiens. Toute autre formation sans cela sera inefficace. (Matt. 6.6)


Son Caractère Déterminé
Bien des prières se retrouvent dans la section des lettres mortes au ciel par manque de direction. Fais confirmer ce que Dieu désire que tu aies et que tu demandes avec précision par la Parole de Dieu et par Son Esprit. (Luc 11.9,10)


Sa Base
Rien n’est hors de portée de la prière, sauf ce qui se trouve en dehors de la volonté de Dieu. La véritable prière n’est pas la conquête de ce que Dieu ne veut pas, mais plutôt saisir ce qu’Il veut en alignant notre prière avec Sa vonlonté. (I Jn 5.14,15)

Sa Stabilité
Ta capacité de rester avec Dieu dans la prière sera la mesure de ta capacité de rester avec Dieu quand tu seras à l’extérieur, dans l’activité. (Ps. 55.17)


Ses Recherches
La prière nous fera abandonner nos péchés, sinon le péché nous fera abandonner la prière. Les deux ne vont pas ensemble. (Ps. 66.18)


Sa Tranquilité
La tranquilité dans la présence de Dieu est essentielle. On devrait craindre da-vantage de ne pas entendre Sa voix que de ne pas être entendu. (Ecc. 5.2; Ps. 46.10)


Sa Période
Se précipiter du lit aux activités est la pire folie. Celui qui croit ainsi gagner du temps en perd. Le temps inviesti avec Dieu rapporte de gros dividendes dans un travail efficace. (Jac. 4.2)

Sa Perspective
Satan pourrait construire une barrière autour d’un individu et nuire à ses déplacements, mais il ne peut pas l’enfermer sous un toît. Quand la vi-sion périphérique est obstruée, l’apper-çu du ciel est toujours clair. (Ps 50.15)


Sa Puissance
La prière qui se rend le plus haut est celle qui vient des niveaux les plus bas d’un cœur humble et contrit. (Ps. 10.17)


Son Approche
Si nous ne prions pas au nom de Jésus et sur le fondement de Son œuvre expiatoire, nous prions en vain. Dieu n’honore aucun retrait s’il n’y a pas de dépôt. (Phil. 4.19)


Ses Victoires
Les victoires dans les conflits de la vie sont impossibles sans la prière. Les soldats de Dieu font leurs meilleurs combats quand ils sont à genoux. (I Chron. 5.20)


Son Unité
Quand les croyants font un dans la prière, une grande puissance est déployée. Les jours les plus remarquables dans l’histoire de l’œuvre de Dieu sur terre sont ceux dans lesquels les saints se tenaient côte à côte dans la prière contre l’ennemi. (Matt. 18.19,20)


Ses Tests
Les rayons X de la vie du Moi exposent les manquements dans la vie de prière. Un but égoïste dans la prière mène toujours à la défaite. (Jn 14.13; Jac. 4.3)


Sa Mise en Pratique
Tu peux parler beaucoup de la philosophie de la prière, mais assure-toi de passer plus de temps dans la mise en pratique que dans les discours sur la prière. (Jn 14.14)


Ses Objectifs
Le zèle sans la prière est de l’énergie gaspillée. Parler aux hommes des choses de Dieu est important, mais parler à Dieu au sujet des hommes est la première œuvre. (Luc.5.15,16)



Traduit de l’anglais avec autorisation
« Prayer Points » de Canadian Revival Fellowship

 





 

« La prière persévérante »

LA PRIÈRE PERSÉVÉRANTE

Tiré de: “Jesus lover of a women’s soul” – Dr Erwin Lutzer & Rebecca Lutzer
Jésus aime la femme persévérante (Mat.15. 21-28) Basé sur ce qu’on apprend de cette mère persévérante, ce guide peut t’aider à te rapprocher Jésus dans tes requêtes.

– Viens à Jésus humblement et reconnais qui Il est.
– Demande librement et avec assurance sa miséricorde et son aide pour un besoin spécifique.
– Accepte que Dieu te reprenne avec un esprit tranquille.
– Présente ton besoin avec persistance.
– Fidèlement, croit qu’il répondra à ta requête. 1 Jean 5. 14-16
– Le silence de Dieu ne doit jamais être interprété comme de l’indifférence. – Jésus se tient prêt pour aider le désespéré et le persévérant.

Prière : Père, fait naître en moi la foi de cette femme, la confiance persévérante que si je frappe, Tu répondras et que si je cherche, je trouverai. Sois mon rocher, afin que je n’abandonne pas dans mes moments de désespoir, quand je suis découragée, que j’avance avec toi pour recevoir les bénédictions et les miracles que tu souhaites pour moi. Enseigne-moi l’humilité du cœur et la détermination d’esprit de croire que Te poursuivre est la plus grande joie et récompense. Au Nom de Jésus, Amen





 

Qu’est-ce que le Réveil Spirituel

Le réveil spirituel: c’est quand Dieu adresse et rencontre ton cœur!

« Cri du Cœur pour le Québec »
un ministère du « Canadian Revival Fellowship »


Pour Dieu, le coeur occupe une place spéciale…

– Plus de 1500 versets parlent du cœur dans La bible; près de 900 mentions dans l’ A.T. et 600 dans le N.T. On voit combien Dieu attache d’importance au coeur!

– Dans l’A.T., lébalegah revient 853 fois, leb 597 fois, lebab 256 fois. Ces termes sont synonymes et interchangeables et représentent la nature d’une personne. Concultez la liste ci-jointe:

Versets en Hébreux adressant le COEUR
– Les Hébreux concevaient le cœur comme le récepteur d’une communication intime avec Dieu (Esaie 40: 1-2; Eze. 3: 10; Osée 2: 14) et avec les êtres humains, (Gen. 50: 21; Juges 19: 3; Ruth 2: 13). Les lèvres pouvaient mentir, mais le cœur comme port de la vérité, pouvait révéler la vérité absolue, comme ce fut le cas dans la trahison de Delila envers Samson. (Juges 16: 18) – Edward P. Meadors 2006, 14.

– Les anciens Hébreux considéraient le cœur comme vital, le centre générateur des êtres humains. Un cœur en santé produisait une vie saine. Le cœur était le centre émotionnel positif ou négatif dépendamment du caractère de l’individu.” – Edward P. Meadors 2006, 14.
« Dans le N.T. le concept de cœur (kardia) correspond étroitement avec celui des hébreux. C’est le centre de la vie intérieure et la source et fonctions de l’âme et de l’esprit. Le coeur alors exposé devant Dieu est le port de la dépravité humaine et de la corruption morale. (Rom. 1: 21,24).

– Le coeur est le centre de la douleur, du deuil, de l’orgueil, du mal intérieur, de la convoitise, de l’adultère, de la trahison, de l’incrédulité, et, très important de l’obstination et de l’endurcissement (coeurs de pierre). Si la nouvelle alliance régénère le coeur par la foi, l’incrédulité produit l’endurcissement du coeur (Marc 16: 14; Luc 24: 38; Hébreux 2: 12-19)
Sur une note plus positive, le plan rédempteur de Dieu offre beaucoup de potentiel pour la guérison du coeur. Si c’est le lieu de corruption, il est le lieu de sanctification où la foi devient authentique.

– Jésus dans sa déclaration de mission, confirme toute l’importance que Dieu accorde au coeur:
Luc 4: 18-20: « L’Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m’a envoyé
– pour guérir ceux qui ont le cœur brisé,
– pour proclamer aux captifs la délivrance,
– et aux aveugles le recouvrement de la vue,
– pour renvoyer libre les opprimés,
– pour publier une année de grâce du Seigneur. »
– (Jésus citant la prophétie d’Ésaie 61: 1-2)
Quelle » Bonne Nouvelle » nous pouvons expérimenter et annoncer!

 

Témoignage de la foi suite au réveil: Quand Dieu touche le coeur d’Abraham: https://www.youtube.com/watch?v=wXHxi17OOCg

Par: Donald Gingras, Cri du Coeur pour le Québec

 





 

Bienfaits du Réveil Spirituel

Des bienfaits résultant du Réveil Spirituel

« Cri du Cœur pour le Québec »
un ministère du « Canadian Revival Fellowship »


En parcourant l’histoire de l’église nous pouvons observer certains bienfaits qui résultent des réveils spirituels. En voici quelques uns que nous avons noté.

1)  La Parole de Dieu sera exaltée et guidera et dominera les rapports de l’humanité. Celui qui compare son expérience personnelle à l’autorité de la Parole de Dieu se prête à la confusion et commet une erreur au plan spirituel. Les émotions et les sentiments, nous indique la Bible, reflètent le langage du coeur que Dieu veut adresser (Deut. 8: 2) . L’expérience et l’émotion humaine ne seront donc pas pour autant exclues du processus de réveil, mais elles seront filtrés et estimés à la lumière de la vérité de la Parole de Dieu. (Quand Dieu rencontre notre coeur – Ps 32; Ps. 34; Ps 51)

2)  De grandes prises de conscience du péché se manifesteront, amenant à la repentance. La sainteté de Dieu nous révèle notre état de pécheur et nous presse de nous repentir (Ésaïe 6 :1-5; 2 Corinthiens 7 :10, 11). Le réveil apporte l’abondance de la grâce de Dieu et tous deux mènent à la renonciation du péché. Nous délaissons le chemin de nos défaillances personnelles et du péché pour suivre « la voie sainte » (Ésaïe 35 :8).

3)  Beaucoup d’âmes brisées remplies d’humilité se révéleront. En temps de réveil sincère, nous éprouvons une passion grandissante pour la sainteté et notre conscience se purifie mais plus important encore, la gloire de Dieu devient si intense qu’aucun prix n’est trop cher à payer. Afin de se retrouver dans la sainteté de Dieu, nous devons avoir l’âme brisée et remplie d’humilité, même si ce n’est pas toujours agréable. Tout comme Jésus a souffert la croix en vue de la joie qui lui était réservée (Hébreux 12 :2), nous devons également souffrir jusqu’à ce que la joie de Dieu nous soit redonnée.

4)  Des réconciliations, des restaurations et des restitutions se réaliseront. La parole de Dieu sera honorée au plan des conflits et des relations brisées. En acceptant de faire face et de prendre soin des blessures du passé, nous obtenons un zèle qui vient de Dieu et qui nous donne une conscience sans reproche (Matthieu 5 :23, 24; Actes 24 :16). En présentant nos offrandes à l’autel et en louant le Seigneur, nous ne garderons plus de colère, de haine ou de rancune dans nos cœurs.

5)  Le désir de prier grandira. Tout comme la prière précède le réveil, la prière le soutien également. Dans la présence de Dieu, nous ne pouvons l’ignorer. Le désir d’être en relation avec Lui est renforcé et il est exprimé dans la prière. La joie que nous procure Sa présence devient le centre de notre vie.

6)  La joie sera pure et sans tâche. En temps de réveil, le désir de se divertir et de retrouver un sentiment de bien-être se révèle pour ce qu’il est vraiment : une pauvre imitation de la joie de Dieu. Les prières retrouvées dans la Parole nous parlent de la joie comme étant un état désiré et la conséquence d’un acte de Dieu (Psaumes 85 :6). La joie et la paix, contrairement au divertissement, deviennent l’empreinte de nos louanges. Dieu, Lui-même, se placera au centre et le Seigneur Jésus régnera comme le seul sujet de notre adoration.

7)  L’évangélisation fleurira. Au cours de l’histoire, beaucoup plus d’âmes sont converties en temps de réveil et plus qu’à bien d’autres moments. Alors que l’Esprit de Dieu se manifeste dans l’Église avec une puissance renouvelée, son témoignage devient crédible et contagieux. Le peuple de Dieu, autrefois restreint par la peur d’être rejeté, par l’amour-propre et par l’indifférence, retrouvera, une fois touché par Dieu, une nouvelle liberté dans la foi et le désir de partager les bénédictions de Dieu et de l’Évangile.

 





 

Qu’est-ce que le Réveil Spirituel – Rev. Ralph Sutera

Qu’est-ce qu’un réveil spirituel biblique?
Par Rev. Ralph Sutera


Le mot « réveil » suscite beaucoup de confusion et de sentiments contradictoires. Pour certains, ou bien il n’a aucune valeur, ou bien il est trop risqué, ou bien il évoque l’excès sur le plan des expériences et des émotions. Pour d’autres, il ne désigne rien de plus que « l’évangélisation de masse ». D’autres encore considèrent le « réveil » comme un phénomène d’autrefois – dont le bien s’est DISSIPÉ et dont le retour n’est ni POSSIBLE ni DÉSIRÉ.

SOYEZ CONVAINCUS que Dieu veut accomplir une œuvre profonde dans notre vie, PEU IMPORTE le nom que vous voulez lui donner ! N’OSONS PAS nous tracasser pour des mots ou des termes, et ce faisant RATER DIEU. Certains se préoccupent plus du NOM qu’ils vont donner à leur bébé, MÊME AVANT DE L’AVOIR, que de leur bébé ! Donnez à Dieu le bénéfice du doute quand vous manquez de compréhension.
——————————————————————————–
1) DÉFINITION DE TERMES
——————————————————————————–
A. RÉVEIL :  Spécifiquement, un ministère de purification et d’adaptation spirituelle dans la vie intérieure de l’Église locale et dans le Corps de Christ en général, qui sert à rétablir la « conscience » et la « santé » de ceux qui ont déjà la vie.

B. RÉVEIL SPIRITUEL :  Se rapporte spécifiquement aux INCROYANTS qui deviennent conscients de la présence de Dieu à un moment donné. Dieu incite, souverainement et de manière surnaturelle, les habitants d’une ville ou d’une région à lui répondre.

C. SOUVERAINETÉ – LIBRE ARBITRE : (Corrélation)
1)  Le réveil est la réaction de Dieu à l’obéissance de l’homme. Dieu œuvre souverainement par une personne qui obéit pleinement. Nous semons le réveil, mais Dieu l’envoie du ciel.
2)  Le réveil spirituel est l’ŒUVRE SOUVERAINE de Dieu par laquelle les âmes perdues sont moissonnées sans intervention humaine PARTICULIÈRE.

D.  RÉVEIL – VIE REMPLIE DE L’ESPRIT : (Corrélation)

RÉVEIL PERSONNEL : « Réveille-moi. » UN croyant marchant dans l’Esprit (És 57.15 ; Ps 119.88 ; Ép 5.15-18).
RÉVEIL INTERPERSONNEL : « Réveille-nous. » GROUPE de croyants marchant dans l’Esprit (Ps 85.7 ; Ro 13.10-14).
RÉVEIL COLLECTIF : « Réveille ton œuvre. » ÉGLISE marchant dans l’Esprit (Ha 3.2 ; Ép 3.14-21).

– Quand une Église « a vécu un réveil », cherchez quelle sorte de réveil c’était ! Si c’était un réveil PERSONNEL, avec un petit nombre de personnes rencontrant Dieu, son étendue se limitera principalement à ceux dont la vie aura ainsi été changée et qui marcheront dès lors dans l’Esprit.

– Si c’était un réveil INTERPERSONNEL, il s’étendra à un groupe légèrement plus grand de personnes qui auront non seulement rencontré Dieu elles mêmes, mais qui se seront également mises en règle les unes avec les autres. Un groupe de gens commencera alors à marcher dans l’Esprit !

** SEUL UN RÉVEIL COLLECTIF peut aller au-delà des personnes, et commencer à remettre en question et à changer le style de vie et la structure de l’Église locale. ALORS SEULEMENT la majorité d’entre elles auront-elles le désir de placer TOUT LE PROGRAMME et TOUTE LA VIE DE L’ÉGLISE au pied de la croix, pour que Dieu les rende conformes à sa volonté. Si le « réveil n’est pas collectif », NE VOUS ATTENDEZ PAS À DE NOMBREUX CHANGEMENTS SIGNIFICATIFS DANS L’ÉGLISE, à part chez quelques personnes et familles. L’IMPORTANCE du réveil dans TOUTE Église dépend de L’ENVERGURE DE LA RÉPONSE au sein de l’assemblée.

E. PRÉDICATION POUR UN RÉVEIL :
Quand la RÉALITÉ SUBJECTIVE de toutes les VÉRITÉS OBJECTIVES est mise en lumière et reliée au style de vie quotidien des gens.
——————————————————————————–
2) DÉFINITION PRATIQUE DU « RÉVEIL » LUI-MÊME
——————————————————————————–
A.  Le « mouvement de rappel » de Dieu à la COMMUNION (Ép 3.14-19).
B.  Appel à l’honnêteté et à la sainteté (1 Ti 1.2,3 ; Tit 2.11-13).
C.  Placer Dieu en premier, au lieu de remettre cela à plus tard (Mt 22.36-38).
D.  Impact de la vérité divine à la fois RÉVÉLÉE et APPLIQUÉE (Ja 1.21-25).
E.  Les croyants sont désespérément épris de leur Seigneur (Mt 22.36-38).
F.  Retour à la dépendance envers le Saint-Esprit (Ga 5.16).
G. Bénédictions de Dieu dans l’Église (Ép 3.20,21).
H. En règle avec Dieu, puis les uns avec les autres (Ép 4.29-32).
I.  L’expérience spirituelle rattrape la théologie biblique (Jn 4.23,24).
J.  ALLER EST MON BUT, et non rechercher des solutions à mes problèmes (Ps 27.4).
K.  MARCHER DANS L’ESPRIT, c’est normal – la vie quotidienne (Ép 5.15-18).
L.  Les points de vue et les systèmes de valeurs des croyants sont transformés (Mt 6.19-21 ; Col 3.1,2).
M)  Retour à la CROIX le cœur contrit (Ga 2.20 ; 6.24 : Ph 3.10).
——————————————————————————–
3) CONCEPTS SCRIPTURAIRES DU RÉVEIL :
——————————————————————————–
A.  L’humilité (2 Ch 7.14 ; És 57.15).
B.  S’aimer les uns les autres (Jn 13.34,35).
C.  L’honnêteté transparente, la restitution (Mt 5.23,24 ; Ac 24.16).
D.  Porter les fardeaux les uns des autres (Ga 6.2 ; Ép 4.25).
E.  La joie dans le Seigneur (Ps 85.7 ; És 59.1,2).
F.  Se laver les pieds les uns aux autres (Ga 6.1 ; Ép 5.21 ; Ja 5.16).
G.  L’unité dans le Corps de Christ (Ps 133 ; Ép 4.11-16).
H.  SEIGNEURIE DE CHRIST suprême, résultant d’un traitement intègre du PÉCHÉ, du MOI et de LA VIE REMPLIE DE L’ESPRIT (Ps 66.18 ; Ro 6.11,22,23 ; Ép 3.14-19 ; 5.18).
——————————————————————————–
4) RÉSULTATS D’UN RÉVEIL – « QU’EST-CE QUI EST NOUVEAU ? »
——————————————————————————–
A.  Nouvelle obéissance – « Oui, Seigneur, quoi d’autre ? »
B.  Nouvelles attentes – « Regards élevés » quand les gens marchent par la FOI !
C.  Nouvelles initiatives – Créativité dirigée par l’Esprit.
D.  Nouvelles bénédictions – Celles décrites seulement en termes DIVINS.
E.  Nouvelle atmosphère – Favorisant l’ouverture, la communion, l’adoration, et pour les nouveaux croyants.
F.  Nouvelles rencontres – Satan devient vivant. Il semble être un NOUVEL adversaire. CONFLIT !
G. Nouveaux problèmes – Problèmes de VIE plutôt que de MORT.
——————————————————————————–
5) OBSTACLES AU RÉVEIL
——————————————————————————–
A.  Autosuffisance – « Je n’ai besoin de RIEN. »
B.  Mauvaises expériences antérieures ou mauvais conseils sur le réveil.
C.  Idées préconçues quant à la MANIÈRE dont le réveil DOIT se produire.
D.  Concepts historiques. Parfois, un jugement est porté à partir d’une perspective « limitée » ou faussée.
E.  CRAINTES FACE AU RÉVEIL
1.  Peur d’être mis à nu.
2.  Peur du coût d’un engagement total envers Christ.
3.  Peur d’abandonner certaines structures traditionnelles familières et « sûres ».
4.  Peur de L’INCONNU et de ce qui est PEU FAMILIER.
F.  LA PARALYSIE DE L’ANALYSE
UN « analyste » du réveil n’est PAS un « candidat » au réveil.
Ma résistance était très faible. J’étais un CANDIDAT à la bénédiction de Dieu. Quand j’ai prié : « Seigneur, mets à mort le moi », j’ai imaginé Abraham et Isaac, et le couteau sur l’autel. Le réveil, c’est comme le fait d’étaler au grand jour le cœur de quelqu’un. – Rév. Mark Dickerson





Série de (4) vidéos sur 400 ans d’histoire du Québec

Vidéos réalisés par

« Aujourd’hui l’Espoir »


(1) « Un regard tout à fait nouveau sur l’histoire du Québec. »

Simon Ouellette a comme invité Donald Gingras, auteur et conférencier. Ils nous parleront aujourd’hui du Québec d’un point de vue biblique et avec une approche de relation d’aide en personnifiant Québec. Pour nous aider à comprendre l’arrière-plan du Québec, il faut savoir qu’il y avait des traits marqués chez les protestants et chez les catholiques d’intolérance, d’une soif de prospérité, de pouvoir et un esprit de compétition insatiable…


(2) « L’influence de la colonisation en Nouvelle-France sur le développement de la personnalité du Québec? »

Simon Ouellette a comme invité Donald Gingras, auteur et conférencier. Ils nous parlent aujourd’hui à propos du rôle que la colonisation a joué dans le développement de la Nouvelle-France. Les Français et les Anglais sont venus en Amérique « soi-disant » pour évangéliser. Dans leur bagage, ils ont transporté l’esprit de discorde qu’il y avait en Europe entre les protestants et les catholiques. Le clergé de ces deux groupes religieux se sont appliqués à assujettir les Autochtones pour tenter de prendre le contrôle sur tout le territoire du commerce lucratif des fourrures. Nos parents, les Français, nous ont utilisé, mépris, rejeté et finalement abandonné aux mains des Anglais à la Conquête.

 


(3)  » Les marques que laissent l’abus, le rejet, l’abandon sur un enfant, tel que vécu par Québec… »

Simon Ouellette a comme invité Donald Gingras, auteur et conférencier. Ils nous parlent aujourd’hui des conséquences de la conquête des Anglais sur les Français. Ils discutent également du climat d’intolérance instauré par les chefs religieux favorisant une religion, une culture, une langue pour promouvoir le rêve d’une Nation.

https://portailevangelique.ca/video/543


(4) « Pourquoi sommes-nous si craintifs et hésitants quand vient le temps de parler de religion ou de Dieu? »

Simon Ouellette a comme invité Donald Gingras, auteur et conférencier. Ils nous parlent aujourd’hui des raisons pourquoi nous sommes « qui nous sommes » et comment l’histoire a marqué le peuple québécois. Vent de changement: le matérialisme, le nationalisme, la culture deviennent les icônes d’une nouvelle religion au Québec. Comment  voir ces événements à la lumière de la sagesse de la Parole de Dieu?

https://portailevangelique.ca/video/544




 




 

« Un parallèle avec l’histoire du Québec. »

Témoignage de Donald Gingras: « Un parallèle avec l’histoire du Québec. »

Vidéo produit lors des Déjeuners de l’Espoir par les églises de la Rive Sud de Montréal.

 





 

RESSOURCE – PARCOURS: ÉVANGILE DE JEAN

 

L’ÉVANGILE DE JEAN

L’Évangile de Jean 1 – La Vie
L’Évangile de Jean 2 – Les promesses
L’Évangile de Jean 3 – La foi
L’Évangile de Jean 4 – La Parole
Pour information sur le déroulement des rencontre « un à un »
communiquez avec Lorraine – lorraine.bilodeau.gingras@gmail.com