Archives de Cri du Coeur

Travail de classification de nos archives…

 

 

Cette page est en cours de rédaction. 

 À suivre… 🙂


 

Notre carte missionnaire

DÉPLIANT Cri du Coeur pour le Québec – 2019 Révisé




 

Groupe fondateur de Cri du Coeur pour le Québec

 Jean-Claude et Ghyslaine DeCourcy; Pierre et Lucie Fournier;  Donald et Lorraine Gingras; André et Diane Rochette.

 

 


Notre première carte de prière présentant notre ministère pour députation (1989):


 



(Traduction de l’article tiré du Revival News, vol. XXX, no 1, hiver 2001)

QUÉBEC : LE RÊVE RÉALISABLE

Donald et Lorraine Gingras communiquent leur fardeau et leur vision pour leur province et la réalité spirituelle. Bienvenue de l’Église du Québec ; Dieu fait de belles choses. Nous faisons partie d’une première génération de chrétiens évangéliques au Québec. Dans les années 90, Dieu a pourvu plusieurs ministères pour développer son œuvre. En voici quelques uns : près de 400 églises locales réparties au Québec; Parole de Vie Béthel, Jeunesse en Mission, Mission de Fête, les Églises-cellules autour de Granby, implantation d’Églises aux Québec. L’église Nouvelle Vie de Longueil a le vent dans les voiles pendant que des efforts d’évangélisation ont été mis en œuvre avec le réseau provincial des Déjeuners de l’Espoir. Le travail progresse – de nouvelles Églises sont implantées, on observe la soif spirituelle grandir dans toutes les générations, les croyants veulent voir Christ agir alors que nous commençons à accueillir des conversions.

D’un autre côté, la bataille fait rage – beaucoup de pasteurs vivent l’épuisement total, d’autres succombent au péché, des chrétiens découragés quittent l’Église, des familles éclatent ; tous les niveaux du leadership, qui sont sur la ligne de feu, se font assaillir de toute part. Des chiffres indiquent que nous perdons tragiquement une majorité de nos ouvriers… et des sondages officieux révèlent qu’environ 3 croyants sur 4 ne fréquentent aucune Église locale et souffrent de blessures qui leur ont été infligées. Les Québécois sont extrêmement fragiles au plan des relations. Le pardon et la réconciliation ne fait pas partie de nos valeurs traditionnelles. Dès la conquête de 1760 jusqu’en 1960, nous avons vécu isolés et retirés dans nos paroisses catholiques en pratiquant l’auto-suffisance, l’auto-protection, l’indépendance et la séparation pour tenter d’assurer nos droits et de nous protéger des Anglais.

Dès lors, il ne faut pas se surprendre que ce mode de vie vécu pendant 200 ans (1760-1960) a pu laisser ses traces, un héritage négatif. En effet, le retrait, la fuite et la séparation sont devenues des options plus attrayantes en face de conflits et de problème relationnels. Ma génération est en mesure de constater combien les croyants, lorsque placés en face de conflits et de blessure relationnelles, ont tendance à quitter l’église, leur couple, leur famille… Le Québec bat les records à ce niveau. Mais la séparation ne résout rien. Le développement de l’œuvre au Québec reflète davantage des efforts individuels de la part des ministères actifs plutôt qu’un travail d’unité et de collaboration entre les différents groupes chrétiens. Chaque ministère semble bien campé dans ses propres affaires tout en protégeant minutieusement et  jalousement les activités et les membres de sa propre « paroisse ». L’héritage de notre histoire a fortement influencé nos valeurs et la façon dont nous comprenons les relations et faisons l’église. La guerre spirituelle fait bel et bien rage !

Une première génération de chrétiens évangéliques, dont nous faisons parti, a déserté l’église catholique. À l’aube du millénium, nous assistons au développement de l’Église évangélique du Québec pendant que les Québécois continuent d’abandonner drastiquement l’église catholique.  qui compte à peine 5% d’adeptes pratiquants. Toute une dégringolade. En effet, en 1960, j’étais enfant de coeur et je servais la messe le dimanche. À cette époque, il y avait dans Montréal une église et une paroisse pour chaque kilomètre. Je me souviens les gens se rendaient à pied à l’église. Montréal a été baptisée la « Ville au milliers de clochers. »   Encore aujourd’hui on peut observer encore de nombreux clochers au pied du Mont-Royal. Chaque dimanche les Québécois remplissaient les cinq (5) messes qu’offraient chaque église. En l’an 2000, les églises ont pratiquement été désertées alors qu’on dénombre environ 5 % de gens qui fréquentent ces mêmes églises. Toute une dégringolade. 

Une majorité des premiers chrétiens évangéliques sortent de cette période de désertion et de tiédeur qui a caractérisé l’Église au Québec avec la Révolution Tranquille. Toutefois, quoique nous ayons quitté l’église catholique comme tel, on observe que la façon de diriger l’église n’a pas quitté notre esprit… Les curés et les présidents d’entreprises ont laissé leur héritage et montrer le chemin. En effet, l’église traditionnelle que nous avons connu au cours de nos 400 ans, est le seul modèle sur lequel notre génération pouvait référer en plus du model de gestion desservi par les entreprises anglaises. Avons-nous oublié de faire des disciples? Pourtant, Jésus nous a commandé de faire des disciples et de marcher avec Lui, dans ses voies (Matthieu 28 : 16-20) L’état spirituel du Québec et de nos églises évangéliques indiquent que nous avons besoin d’un réveil (2 Chroniques 7.14).

De 1988 à 1991, nous avons parcouru le Canada sous la direction de Canadian Revival. Nous avons été bouleversé de constater l’intérêt qu’on porte partout au peuple du Québec. Quel était le sujet ? L’indépendance du Québec ? Est-ce que vous croyez à la séparation ? Où sont tous les croyants, avec tout cela ? En réalité, l’argent, la politique, l’économie et le bien-être social ne changent pas les cœurs. Ces choses ne sont que du domaine terrestre. Faire avancer la cause de Christ est le fardeau que Dieu a déposé sur nos coeurs. Le seul but de notre mission, c’est faire connaître Christ au Québec et au Canada.

Rêvez un peu avec moi. La prochaine fois que vous prierez pour le Québec, laissez votre cœur s’éprendre du rêve que j’ai eu en 1990. J’étais dans l’Église de l’Alliance Mountain View, à Langley, C.-B., y œuvrant avec les frères Sutera dans le cadre d’une conférence de Réveil qui a duré 19 jours. Un soir, lors d’un temps de prière, une douleur insupportable m’a empoigné le cœur. J’ai commencé à verser des larmes. J’ai vu la souffrance de mon peuple – les champions de l’avortement et du suicide chez la jeunesse ; le plus haut taux de divorce ; les enfants et les femmes abusées sexuellement ; l’alcoolisme ; la drogue, les familles complètement détruites ; un nombre grandissant de jeunes sans-abri ; et 99,5 % de la population qui ne connaît pas le Seigneur et qui a développé une allergie face aux choses de Dieu…

En intercédant pour eux, Dieu m’a encouragé par le moyen de cette vision : J’ai vu le Québec, le soi-disant « enfant rebelle » de la famille canadienne, se consacrer au Sauveur. Ensuite, j’ai vu un Québec né de nouveau spirituellement se faire instruire bibliquement et faire équipe avec ses frères et sœurs en Christ canadiens dans le but de servir Christ.

Plus tard, en septembre 1997, je participais à un séminaire sur l’implantation d’Églises à Toronto. Lorsque j’ai regardé la vidéo intitulée « Le Temps de la Moisson », Dieu a touché une fois de plus mon cœur et je me suis mis à pleurer à nouveau à chaudes larmes, un long moment. C’était comme si le Seigneur me disait : « On s’en vient, là – voilà la prochaine étape. Tes frères et sœurs canadiens vont amener de la machinerie dont vous aurez besoin pour aider l’Église au Québec, car « Le Temps de La Moisson » approche. Et Dieu me montra que cette machinerie serait un fardeau, une mobilisation de prière et de support de nos frères et sœurs anglophones du Canada.

Tout en poursuivant nos études bibliques, mon épouse Lorraine et moi avons eu le privilège d’être formés dans un ministère de RÉVEIL en travaillant conjointement avec le Canadian Revival Fellowship de 1988 à 1991. Nous avons été enseignés et formés par Harold Lutzer, Ralph et Lou Sutera, Bill McLeod, Richard Sipley, Gordon Bailey, Uncle Bill Orr et Erwin Lutzer, des pionniers du Réveil. Tous ces ouvriers ont été utilisés divinement dans le cadre du Réveil Spirituel Canadien dans les années 1970. Après notre formation biblique dans l’ouest canadien, notre objectif était de commencer, au temps de Dieu, un ministère de réveil au Québec. De retour au Québec depuis 1991, Lorraine et moi cherchions à comprendre la réalité spirituelle du Québec et de l’église évangélique au Québec. Nous voulions apprendre comment Dieu désire que nous apportions le message du réveil à notre peuple. Nous avons pris part dans un stage pastoral pendant près de deux ans à l’Église de l’Alliance Chrétienne et Missionnaire de Sainte-Foy. Puis j’ai travaillé comme enseignant, conseiller en relation d’aide et principal du secondaire de l’école chrétienne l’Eau-Vive, à Québec. En même temps, dans notre église locale l’église évangélique baptiste Chauveau de Québec, nous avons investi notre temps dans les croyants par l’enseignement et le coaching en mettant l’emphase sur faire des disciples puis prendre soin et conseiller les couples et familles. Depuis 1997, nous sommes engagés dans un ministère d’implantation d’Églises à Montréal avec l’Église Hochelaga de l’Alliance Chrétienne et Missionnaire à Montréal. Le travail d’évangélisation et d’implantation est très ardu… nous avons réalisé le besoin de prière pour le Québec.

Nous croyons que l’heure de Dieu a sonné, que le temps est venu de créer un ministère de réveil francophone en collaboration avec le Canadian Revival Fellowship. Voulez-vous prier pour le Québec et nourrir le rêve réalisable d’une nation née de nouveau servant la cause de Jésus-Christ ?

 




 

(Traduction de l’article tiré du Revival News, vol. XXX, no 2, printemps 2001)

MOBILISER LE PEUPLE DE DIEU EN FAVEUR D’UN QUÉBEC POUR JÉSUS
Par Donald et Lorraine Gingras

Comme il est bon de revisiter de nouveau la Saskatchewan, après 10 ans.

Un rêve se réalise
Après avoir soumis notre rapport annuel, incluant un bref survol des événements qui se sont déroulés au Québec au cours des 10 dernières années, les membres du Canadian Revival Fellowship ont voté à l’unanimité pour que ma femme et moi prenions en charge un ministère de réveil au Québec. Lors des 10 dernières années, le C.R.F., depuis 1986, n’a jamais cessé de démontrer son intérêt et de prier pour le Québec. Notre rêve se poursuit…

Un merveilleux intérêt de la part de l’ouest canadien
(2001) Pendant notre voyage de trois semaines en Saskatchewan, nous avons propagé la Bonne Nouvelle et avons donné notre témoignage dans les villes et villages de Estevan, Weyburn, Strasbourg, Regina, Swift Current, Mortlach, Balgonie et Caronport. Nous avons aussi participé à des Conférences de Réveil de Ralph et Lou Sutera, à Weyburn, et de Bill McLeod, à Swift Current. En tout, 25 Églises se sont engagées à prier fidèlement pour les besoins spirituels du Québec et le développement de l’œuvre de Dieu. Quel temps rafraîchissant nous avons passé ! Lorsque nous sommes revenus au Québec, nous sommes rendu compte que Dieu avait pourvu, comme un résultat de ces rencontres, une base financière significative pour débuter le ministère au Québec sur la base de la foi.

Comprendre la dynamique spirituelle du Québec / Canada
Le vrai problème du Québec et du Canada n’est d’ordre ni politique, ni social, ni économique, ni législatif. Avez-vous déjà connu un joueur de hockey qui soit satisfait de son salaire ou un enfant satisfait de sa liberté, ou un chef d’état satisfait de son pouvoir ? Non ! Lorraine et moi avons accepté Christ comme Sauveur en 1986, et l’Esprit Saint a commencé dès lors à remplir notre cœur de l’amour de Dieu. À 5 ans, je me battais dans la rue contre les Anglais à coups de frondes et de bâtons de baseball. Qu’y a-t-il de changé en moi depuis ce temps-là ? Seul un miracle divin a pu y arriver et transformer nos vies.

Le vrai problème du Québec / Canada
Quand on a suffisamment absorbé la négativité des médias et des politiciens (les prédicateurs des temps modernes) et qu’on demande à Dieu de nous enseigner à prier plus spécifiquement, on découvre que, le fond du problème, ce sont des relations brisées – des personnes blessées qui souffrent, comme nous en voyons dans nos Églises, nos mariages, etc. Dieu nous a enseigné très clairement comment régler nos relations brisées. Il nous a donné le ministère de la réconciliation (2 Corinthiens 5.18). Dans notre message, nous demandons pardon pour la douleur, les menaces, le stress, la colère, le ressentiment et l’amertume causés par les relations brisées. En apportant la compréhension biblique de notre histoire du Canada, nous encourageons la confession et le pardon mutuel. Chaque fois que nous avons initié ce message, nous avons eu des temps merveilleux dans la prière avec les frères et les sœurs ; aussi des temps de confession, de délivrance, de guérison et de pleurs. Voilà le premier pas vers la prière d’unité.

Prier pour le Québec
Priez pour un Québec né de nouveau servant Jésus-Christ. Voilà la seule requête qui compte, car Dieu a envoyé son Fils sur terre pour accomplir le ministère de la réconciliation. Dieu, remplis-nous de ta compassion, car 99,5 % du Québec ne te connaît pas comme Sauveur personnel. En même temps, prions pour un réveil spirituel des églises au Canada.

C.R.F. – Réseau de prière-moisson
Dieu nous montre que la moisson est mûre au Québec. Qu’allons-nous faire pour l’accomplir ? Si on étudie l’histoire de l’Église dans la Bible, on se rend compte qu’il n’y a qu’une chose qui puisse faire en sorte que cette moisson se fasse – la prière. Accepteriez-vous notre invitation à vous joindre aux 25 Églises et groupes de prière afin de prier en faveur d’un Québec né de nouveau et servant Jésus-Christ ? Une mobilisation est en train de se faire, et pour accomplir l’œuvre au Québec, nous avons besoin d’un corps expéditionnaire de frères et de sœurs du reste du Canada. Lisez attentivement Mt 9.38 – l’accent porte principalement sur la prière faite au Maître de la moisson pour qu’il envoie des ouvriers dans la moisson. Joignez-vous au corps expéditionnaire et inscrivez-vous au C.R.F. – Réseau de prière-moisson. Notre adresse électronique est donald.gingras@videotron.ca
et notre adresse postale est le 2137, rue Baldwin, Montréal (Qc) H1L 5A5.

Lancement symbolique à Saskatoon (Sk) du ministère C.R.F. fracophone au Québec
Après avoir témoigné de la réalité spirituelle du Québec, Ralph Sutera nous a conduits dans un temps opportun de prière. Il a aussi rappelé à tous les participants le réveil que Dieu a opéré il y a trente ans à Saskatoon. Il a ensuite demandé à tous les pasteurs et anciens ayant connu ce réveil des années 70, de nous imposer les mains, afin de reconnaître et lancer notre mission pour démarrer un ministère C.R.F. francophone au Québec – c’était comme Paul qui a passé le flambeau à Timothée. En geste symbolique et pratique, l’offrande totale du banquet a été versée à l’œuvre francophone de réveil au Québec. Merci Seigneur !

Mobilisation dans la prière en vue des croisades prévues au Québec en 2003
Nous nous sommes fixé un but, avec Ralph et Lou Sutera, pour une mobilisation majeure au Québec. Nous prions pour les villes de Montréal, Granby, Sherbrooke, Québec et Trois-Rivières, qui couvrent approximativement 65 % de la population au Québec. Priez avec nous pour que Dieu nous confirme le tout et qu’il nous guide dans les détails. Ô, mon Dieu, nous avons besoin d’un réveil dans notre pays du Canada ! 2 Chroniques 7.14
Note de l’éditeur : Voudriez-vous, dans la prière, soutenir cette nouvelle œuvre francophone ? Nous avons besoin d’un centre de ressources francophone, ce qui signifie que nous aurons besoin d’articles de bureau, de matériel traduit, d’une salle de prière, d’enseignement, de counselling, etc. Vous pouvez envoyer votre don à : Canadian Revival Fellowship, en indiquant qu’il est destiné au C.R.F. Québec.

___________________




(Traduction de l’article tiré du Revival News, vol. XXX, no 3, automne 2001)

MAISSANCE DU MINISTÈRE « CRI DU CŒUR POUR LE QUÉBEC. »
Par Donald et Lorraine Gingras

Lorraine et moi sommes en mesure de comprendre les paroles que Jésus a dites à Pierre : « Pierre, sors du bateau si tu veux marcher sur l’eau. » Notre ministère d’implantation d’Églises ici, à Montréal, est terminé et nous voulons développer, à temps plein, l’œuvre francophone de réveil au Québec. Nous louons Dieu de la grâce qu’il nous donne pour ce pas de foi.

Un nouveau chapitre de l’œuvre de réveil au Canada est en train de s’écrire, avec le départ de Cri du Cœur pour le Québec cet automne. Nous éprouvons le désir ardent de mobiliser le peuple de Dieu dans la prière partout au Canada. Il y a quelque chose qui est en train de se produire au Québec – un esprit de prière est en train de naître. Nous avons hâte de faire une grande tournée dans l’ouest canadien cet automne pour présenter les besoins du ministère au Québec, et démarrer des groupes de prière et d’intercession. Dieu seul peut écrire le chapitre sur le réveil. Le nom qu’on a donné au ministère francophone, c’est « Cri du Cœur pour le Québec ».

C’est lors d’un temps de prière que Dieu nous a donné cette vision fraîche de Cri du Cœur pour le Québec, d’après Matthieu 3.3 : « Préparez le chemin du Seigneur. » Nous voulons, par tous les moyens possibles, préparer le chemin du Seigneur. La vision qui a été donnée à Jean-Baptiste sur la repentance nous est transmise en deux volets pour notre époque. Premièrement, aux croyants dans le Corps de Christ, pour la repentance telle que décrite dans 2 Chroniques 7.14 ; deuxièmement, une attention toute spéciale donnée aux non-croyants, pour le réveil spirituel avec un appel à la repentance. Notre motivation et notre visIon première consiste à faire tout ce qui est possible pour préparer le chemin du Seigneur.

_____________________

PARCOURIR LE CANADA POUR MOBILISER LA PRIÈRE 2001 – 2006

Donald et Lorraine ont parcouru le Canada de 2001 à 2006 pour faire connaître le besoin pour les âmes au Québec. Comment faire des disciples et implanter des églises sans prière. Nous allions d’une ville à une autre pour prendre la parole devant des organisations, des écoles, des églises, des foyers. Nous avons consacré du temps de qualité à discuter, à lire, à interviewer des gens de différentes cultures vivant à l’extérieur du Québec. Nous avons appris à mieux connaître ceux et celles qui nous invitaient à regarder la vie par leur fenêtre. Nous avons été renversés de voir combien les gens se connaissent peu ni leur arrière plan les uns les autres. Ce fut un investissement vraiment profitable et une très belle histoire en est ressortie.

En effet, au cours de nos conférences, chaque fois que j’ai évoqué les thèmes du livre, que ce soit au Canada, ou aussi loin que les régions subsahariennes de l’Afrique, j’obtenais les mêmes résultats : les gens découvraient une réalité qu’ils ignoraient. Les idées que beaucoup de gens entretenaient au sujet des relations brisées entre francophones, autochtones et anglophones (ou groupes ethniques au Canada ou en Afrique) ont été remises en question ou même transformées. En effet, comment demander à des gens de prier s’ils vivent du ressentiment, de l’amertume envers Québec? Pour avoir vécu et parcouru pendant trois années l’ouest Canadien dans le contexte de nos études bibliques et de notre formation au ministère de Réveil, nous nous sommes rendu compte combien les relations étaient tendues et teintées par les conflits politiques et ce, même parmi les chrétiens évangéliques…

RÉCONCILIATION DÉMONTRÉE
Donc, à la fin de chaque message prononcé, mon épouse Lorraine se joignait à moi et, main dans la main, nous demandions pardon pour les offenses que notre peuple ait pu leur causer. « Avant de vous demander de prier pour le salut des âmes au Québec, nous voulons vous demander pardon pour nous, en tant qu’enfants de Dieu, mais de comprendre que 99,5% des Québécois ne connaissent ni ne vivent pas la foi en Jésus-Christ. » À chaque fois que nous avons initié cet exercice de Réconciliation, nous avons observé des murs de résistance s’écrouler devant nous et des perceptions transformées totalement. Nous avons également été témoin de beaucoup d’humilité de nos auditeurs qui, en réponse, demandaient pardon pour les offenses qu’ils ont faites aux Québécois. C’est ce genre d’expérience qui a donné naissance pour beaucoup de support de prière pour le Québec.

Suite à ces messages, une suggestion revenait encore et toujours : « Publiez l’histoire de Québec, l’orphelin qui a grandit et qui vit au Canada, cette famille reconstituée et souffrante… » Regarder l’histoire par cette fenêtre inhabituelle s’avère tellement utile et procure un nouvel espoir. »
Donald publiait en 2008 : « Fenêtre d’Espoir… et de Réconciliation » dans le cadre du 400ème anniversaire de Québec.




 

PHOTOS DE TOURNÉES D’ÉGLISES

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :