Archive for the ‘Lorraine et Donald’ Category

Notre 40ième anniversaire de mariage!

DSC_0153 - Copy

UNE BELLE FÊTE SURPRISE ORGANISÉE PAR CLAUDIANE ET MARTIN POUR NOTRE 40ième DE MARIAGE – 22 DÉCEMBRE 1973

COMBIEN LE SEIGNEUR NOUS A FAIT GRÂCE POUR NOS 40 ANS DE MARIAGE!

DSC_0204

Publicités

Conférence des couples, Camp Patmos

Conférence des couples, Camp Patmos 18-24 août, Lac St-Jean.

Lors de notre dernière conférence, le jeudi nous avons eu droit à un copieux et délicieux repas cinq services, oeuvre du chef Doris Lahaie et de son équipe dévouée. Lors de cette soirée spéciale, nous avons eu le privilège de la visite d’un couple surprise et d’entendre leur témoignage de conversion puis de transformation de leur vie de couple après un court passage à « coeur à coeur… »
2013 CAMP PATMOS 026
En effet, vous les avez reconnus, ce sont Donalda Laloge et Séraphin Poudrier… Dans un élan de vulnérabilité, Séraphin aurait avoué qu’il a marié Donalda parce qu’elle avait un beau coeur, oui, un coeur en or… !

De jeunes adultes assoiffés!

2013 CÉLIBATAIRES 023Un samedi par mois, Lorraine et moi recevons à la maison 20 jeunes adultes pour une soirée de communion fraternelle et d’enseignement.  L’objectif de la soirée c’est d’apprendre le fondement biblique sur le sujet des relations et d’entreprendre un parcours qui favorise le développement de la maturité émotionnelle et spirituelle. 

2013 soirée célibataires 013

Revisiter notre façon d’aimer!


013

Donald lors d’ un déjeuner d’hommes chrétiens

Revisiter notre façon d’aimer

T’es-tu déjà fait dire : « Chérie, tu ne me comprends pas! »  Ou « Il faudrait que tu changes! »  As-tu déjà posé un geste inoffensif et voir exploser la colère de ton époux (se) comme si tu avais pilé sur une mine? Fais-tu partie  de ces époux (ses) qui ne semblent pas pouvoir satisfaire l’autre, qui n’ont pas de vie de prière intime ensemble, ou de ces couples qui souffrent en silence? Faut-il se résigner à accepter que les hommes viennent de « mars » et les femmes de « vénus »? Non, le plan de Dieu a beaucoup plus à nous offrir.

Des couples souffrent plus qu’ils sont prêts à l’admettre. Une fois la lune de miel terminée, le naturel revient au galop. Tel deux étrangers, ils ignorent les blessures émotionnelles et les carences affectives dont ils héritent. Ils méconnaissent comment les blessures de la vie ont endommagé leur cœur et transportent chacun dans leur trousseau un champ de mines insoupçonnées.

Des murs de séparation émotionnelle

Que faire lorsque les murs de nos relations sont tapissés de fissures? 002Paralysés par le malaise, plusieurs vont instinctivement nier, dissimuler ou tenter de colmater les brèches en surface. Ils fuient la douleur faute de pouvoir l’apprivoiser.  Si les relations se détériorent, l’épouse souvent plus sensible, empruntera la voie de la communication. Quant au mari, se sentant inadéquat  pour explorer les sentiments et les émotions, fuira maladroitement dans sa caverne.

Si les femmes sont plus sensibles à l’intimité émotionnelle, les hommes la fuient. Notre culture a réussi à inculquer à nos petits garçons qu’un homme, ça ne pleure pas, les filles si. Un homme c’est fort et flegmatique, une fille fragile et émotive. Un homme est admiré pour ses habiletés, son ton de voix austère, son caractère musclé, ses réussites. Il a appris à trouver sa valeur dans les performances. Pour lui, s’engager sur la voie des sentiments et des émotions, c’est trop risqué puisque la perspective de l’inconnu et de l’échec ne l’attire guère.

Dieu peut-il nous aider?

Que faire lorsque les vagues d’émotions continuent de hanter notre couple?  Souffrir en silence, sombrer dans le déni,  imposer un contentement psychologique, s’enfoncer dans le légalisme religieux, s’étourdir dans des projets, essayer de changer l’autre? Je suggère d’y voir plutôt une opportunité pour comprendre le fondement même de notre relation, soit en examinant l’état de notre cœur. Quand on lit la Bible, on peut découvrir à quel point le cœur est vital. En effet, dans les langages originaux hébreux et grecque de la Bible, le mot cœur et ses synonymes apparaissent dans près de  2000 citations. Dieu doit sûrement avoir d’excellentes raisons de s’adresser au cœur! (Deut. 30.6)

004

Une vie dans la vérité et la lumière

Si les humains sont surtout attirés par les apparences extérieures, ne savez-vous pas que Dieu s’intéresse d’abord au cœur ? (1 Sam. 16.7). Dieu sait que les vrais changements d’attitudes et de comportements passent par la transformation du cœur. Jésus, dans sa déclaration de mission (Luc  4. 18-20), a pris soin de spécifier qu’il est venu pour guérir les cœurs brisés, ouvrir la vue aux aveugles, rendre libres les captifs et libérer les opprimés. Jésus aimait les gens sans distinction, il prenait soin de leur cœur en cherchant  à les comprendre, en les aidant à y faire la lumière (1 Jn. 1.5-9) et y faire régner la vérité (Ps. 51.8; Ps. 139.23-24; Jn. 3.21), car c’est ce qui libère les cœurs. (Jn. 8.32).

Le vrai amour, une question de cœur

Aimer, c’est s’engager sur la voie de l’intimité émotionnelle, c’est  accepter de prendre soin du cœur de l’autre à la façon de Dieu. (Josué 1.5). Le cœur est le récepteur d’une communication intime avec Dieu (Esaie 40: 1-2; Eze. 3: 10; Osée 2: 14) et avec les êtres humains, (Gen. 50: 21; Juges 19: 3; Ruth 2: 13). Vis-tu ce type d’intimité? Ignorer, fuir et  écraser nos sentiments et nos émotions, c’est repousser le plan de Dieu. Demander à son cœur d’être insensible, le transformera à la longue en « cœur de pierre. » On parle ici d’un cœur qui se ferme et se verrouille parce qu’il a résolu de ne plus souffrir ; il devient insensible dans ses relations avec Dieu et dans toute autre relation. Un cœur verrouillé se manifeste par l’orgueil, l’égoïsme, l’autosuffisance et l’autoprotection; il devient idolâtre en tentant de survivre sans l’aide de Dieu ni des autres. Pourtant, les émotions et les sentiments sont des signaux vitaux pour pouvoir comprendre l’état de nos cœurs. Un cœur qui souffre de l’absence d’émotions et de sentiments, va périr petit à petit comme ayant une lèpre affective, spirituelle. Tout en souffre (Ps. 73.27).

Fais-tu partie de ces couples qui souffrent en silence? Dois-tu parcourir  tous les « mars » et vénus » de ce monde pour trouver espoir? Je te suggère plutôt d’investir dans  l’examen des états d’âme de ton cœur, où sont enracinés tes malaises, tes douleurs.  À ce propos, Jésus nous lance une invitation sans pareil : « Venez à moi vous qui êtes fatigués et accablés, vous qui êtes déprimés, parce que vous ployez sous un fardeau trop lourd, et je vous donnerai du repos. Accepter de vous laisser diriger par moi et mettez-vous à mon école, car de tout mon cœur, je suis doux et humble. Ainsi votre vie trouvera son épanouissement dans le repos. » (Mat. 11.28-29).

Revisiter l’amour, c’est découvrir à quel point Dieu nous comprend et désire prendre soin de notre cœur et le guérir (Ézéch. 11 : 19-21); c’est également nous engager sur la voie de l’école de Jésus pour apprendre à prendre soin du cœur les uns les autres. (Mat. 22.37-39). Qu’est-ce qui t’empêche d’accepter l’invitation de Jésus?

Un temps en famille!

Un moment d’arrêt au Camp des bouleaux…

L’été est arrivé!

_______________________________________________________

Notre maison transformée pour le ministère

Voir le diaporama qui suit…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dieu en a pas encore terminé avec nous!

TÉMOIGNAGE:    UN PARCOURS QUI SE POURSUIT… !

Alors que nous achevions de franchir les 3,000 kms pour nous rendre à Colorado Springs, nous ressentions une certaine appréhension devant la perspective de débuter notre formation par une semaine de relation d’aide personnelle.

 Nous sommes des missionnaires formés en relation d’aide, nous avons aidé les croyants pendant plus de 20 ans à travers la formation de disciples en petits groupes et un à un, mais nous n’avions jamais été conseillés comme tel en tant que couple. Malgré l’inconnu, nous avions la confirmation que Dieu nous avait cédulé un autre rendez-vous divin! En effet, depuis le début de notre vie chrétienne, Dieu a été fidèle pour nous montrer, étape par étape et, si gracieusement d’ailleurs, qu’il n’en a pas fini avec nous. Une autre croisée de chemin nous attendait…

 Donald: « Je vivais avec la conviction que notre couple allait très bien en comparaison aux gens blessés et endommagés que nous aidions. Le travail de notre ministère m’occupait et m’éloignait subtilement du besoin d’évaluer et d’investir dans notre couple. Le statuquo s’était installé petit à petit dans notre relation. Dans notre fort intérieur, mon épouse et moi savions que quelque chose nous manquait. Pendant que Lorraine vivait ce manque en silence, pour ma part, je me sentais complètement inadéquat à faire des pas dans les domaines de l’intimité émotionnelle. Notre communication se limitait surtout au plan intellectuel et, dans le feu de l’action quotidienne, nourrissait l’illusion de suffire. »

 Lorraine : « Lorsque John Regier est venu au Québec pour donner une série de conférences, son enseignement a fait ressortir mes désirs les plus profonds. Je voulais connecter au plan de l’intimité émotionnelle avec Donald. Aussi curieux que celà peut paraître, dans notre mariage, nous n’avions jamais appris comme tel comment prendre soin du cœur de l’un et de l’autre. Parfois, dans notre relation, nous nous sentions piégés quand une simple parole pouvait faire réagir notre conjoint en poussant mutuellement sur nos boutons de douleurs émotionnelles du passé… comme faisant sauter ou même exploser subitement une mine durant une conversation; mais nous ne savions pas pourquoi?

 Donald: « Je me sentais insuffisant, inadéquat et, devant la confusion du moment, comme poussé à me retirer et garder silence en souffrant à l’intérieur. J’ai souvent éprouvé un malaise durant nos dialogues. Je ressentais la pression de devoir performer pour plaire à Lorraine et pour rencontrer la liste de ses attentes vis-à-vis moi. Malgré des efforts sincères, je me sentais incapable de lui offrir des temps de qualité au plan communication intime et dans notre vie de prière comme couple.»

 Lorraine : « Quant à moi, je me sentais ignorée dans mes demandes, non comprise et négligée. Cette forme de rejet subtil me poussait à devenir dominante et impatiente parfois même colérique envers mon mari. Quelque chose bloquait et limitait notre intimité; j’étais vulnérable et facilement irritable. C’était seulement dans ces épisodes de colère que je pouvais parler, car en tant que bonne chrétienne, je me disais qu’il fallait absolument et immédiatement « régler » la situation, si non, c’était la loi du silence »

 Donald : « En tant que mari et ouvrier pour le Seigneur, je vivais de la honte et de la culpabilité devant mon incapacité. J’avais appris à couvrir mes douleurs en me gardant occupés par le ministère et d’autres activités. De plus, des blessures de mon enfance avaient verrouillé mon cœur: devant l’accumulation de blessures, j’en étais venu à déterminer que je ne souffrirais plus … »

Lorraine : « Dans notre semaine de counseling personnel au Colorado, j’ai découvert que mon coeur à moi aussi étais mort, comme emprisonné, manquant de capacité de battre, et étouffé par le silence de mon mari. J’ai aussi réalisé les douleurs de Donald et les dommages émotionnels causés à son cœur par des événements passés. Ça m’a permis de comprendre certaines de ses réactions.

Donald: « Bien que je savais que je vivais certaines douleurs à l’intérieur, j’ai été surpris de réaliser combien je sous-estimaits les dommages causés à mon cœur qui souffrait comme si on avait arraché à deux mains la peau de la surface de mon coeur et comment ça m’avait conduit à me baricader contre tout ce qui pouvait ressembler à de la critique, puis, à me renfermer sur moi-même. « Plus personne me fera souffrir! » m’étais-je dit un jour. On a pu comprendre combien ces douleurs inconscientes et non guéries venaient s’ingérer dans notre relation de couple». Cet été, le conseiller nous a chacun dirigés dans une série de prières conversationnelles avec Jésus pour lui apporter les blessures et les dommages causés à nos coeurs (Mat. 11 : 28) et expérimenter une touche guérissante de Jésus. Quel changement!

 Lorraine: Jésus a fait apparaître la lumière et nous a fait vivre des guérisons appropriées (I Jean 6 : 5b,6-7). La présence guérissante de Jésus était palpable, faisant la lumière et déverrouillant nos cœurs tout en nous invitant à s’ouvrir un à l’autre au sujet de nos souffrances qui nous conduisaient à pécher. Ce verset prenait désormais un tout nouveau sens… » J’ai appris comment aborder et pénétrer le cœur de mon mari sans foncer sur la barricade. Ce langage du cœur, en plus d’une telle intimité dans la prière avec Jésus était nouveau pour nous comme couple, soit de prendre le temps d’écouter ce que Jésus avait à nous dire, à nous montrer. Au travers cette expérience, Dieu nous a révélé le langage du cœur et équiper pour continuer à grandir au plan de la maturité émotionnelle et spirituelle. Jésus est venu pour guérir les cœurs blessés, libérer les captifs et ouvrir la vue aux aveugles, délivrés les opprimés (Luc 4 : 18-19)» 

Donald :« Prendre soin du coeur » de l’un de l’autre à la manière de Dieu, ças’apprend. J’ai aussi appris que le language émotionnel est autant pour les hommes que les femmes, tel que conçu par Dieu dans sa sagesse et son plan sans faille. Jésus l’a modelé pour nous et nous expérimentons ce nouvel emphase de la prière durant la relation d’aide en collaborant avec Jésus qui désire nous instruire (Mat. 11 : 28) comme il le faisait pour David (Ps. 32.3, 8-9) et pour les prophètes. Maintenant, Dieu m’appelle à aider d’autres, là où je me sentais inadéquat et verrouillé.

 Nous sommes dans un tournant important de notre vie et de notre ministère. Oui, une fois de plus Dieu est fidèle et nous montre qu’Il n’en a pas terminé avec nous. Cette formation que nous avons vécue nous donne un nouvel espoir et un élan renouvelé pour ensuite aider d’autres couples et individus. Notre désir et prière est de les conduire dans la présence de Jésus pour expérimenter la liberté et les bénédictions d’une vie transformée.

Donald et Lorraine Gingras, (Psaume 32 : 8).